Sur cette page d’accueil, nos derniers articles et plus bas, la présentation de nos actions

Nos derniers articles
affiche expo

Expo multi sports

Votre dévouée équipe du Conservatoire du Patrimoine Sportif termine l'accrochage de sa nouvelle exposition dédiée aux sports de salle pratiqués ...
Lire La Suite…

Les terrains de rugby sont faits pour les filles

Ne remontons pas à la préhistoire du Jeu, lorsque le nombre de joueurs n'était pas encore fixé et où l'on ...
Lire La Suite…

La pétanque et Pagnol

Le pays qui a donné la pétanque et le jeu provençal au monde a droit au respect universel.Il a remis ...
Lire La Suite…

Le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football

Il s'agit bien sur d'une célèbre citation d'Albert Camus . Vraiment, le peu de morale que je sais, je l’ai ...
Lire La Suite…

Comment nous « conservons » le patrimoine sportif

Le conservatoire du patrimoine sportif. Nous publions ici un résumé de la contribution de Jean-François Brun au XIXe atelier européen ...
Lire La Suite…

«Le sport fait des ignares et des cardiaques, des brutes et des éclopés » Maurice Barrès

Sorti de son contexte historique, ce texte de Maurice Barrès paraît provocateur, excessif et certainement erroné. Il devient plus compréhensible ...
Lire La Suite…

Les principes de notre action .

Vous pouvez cliquer ici pour le document complet au format PDF.

halterofinChaque village aura bientôt son musée du Pain, de la Parfumerie ou des Anciens Métiers. Curieusement au milieu de cette fureur muséologique, rien d’important ne semble se faire pour la conservation de notre culture sportive qui n’est cependant pas à l’abri des outrages du temps. L’urgente nécessité de sauver ce qui peut l’être nous apparaîtra mieux à la lecture de cette réflexion de l’ethnologue Christian Bromberger : « Les archives des clubs sportifs disparaissent au rythme de la modernisation des installations, sans que l’on semble s’en soucier. Certes il existe bien un musée national des sports, mais qui expose surtout chaussures, maillots, vélos ayant appartenus à des vedettes. Mais pourquoi donc l¹église du village,le pressoir, le vieux moulin de la commune, dont on recommande, à juste titre, l’étude, voire le classement, auraient-ils plus de dignité patrimoniale que le stade urbain, lieu-mémoire auquel les habitants sont attachés ? Faut-il attendre que la patine du temps ait fait son oeuvre, la mort des témoins, pour prendre au sérieux un objet et les paroles qui l’entouraient ? Ou devons nous aussi  être attentifs aux formes emblématiques qui se créent, aux pratiques qui leur donnent sens, pour, entre autre, permettre aux générations futures de comprendre ce que nous fûmes? (Terrain 25, septembre 1995, p 11)