Course de côte des Saffres (P-H.Mourges)

image_pdfimage_print

Course de côte des Saffres – Carpentras (P-H. Mourges)

Organisation: Auto-Moto-Club Carpentras.  Pdt: Paul  Bernusset.

 1ère Course: dimanche 14 juillet 1929

Diverses annonces sur des magazines de presse écrite ont parues les semaines précédentes cette course.

Cette course se déroule sur l’avenue du Mt Ventoux et la route de Sault.

La ligne de départ est située, porte de Mazan à la hauteur de l’ octroi et de la bascule municipale, place des quinconces, la ligne d’arrivée se situant 1250 métres plus loin, à l’entrée du virage à droite à la fin de la montée.

Ce circuit se compose d’une longue ligne droite, en faux plat, puis d’une courbe à gauche au début de la côte suivi d’une courte ligne droite avant l’arrivée à l’entrée du virage à droite. La zone de décélération se situant dans le prolongement de la route.

En cas de fort Mistral, il y a un risque de rafale latérale à la hauteur du carrefour avec la route de Bedoin, aux Capucins.

Il y a plus de 100 engagés comprenant des pilotes locaux et régionaux dans toutes les catégories.

L’entrée est payante et plus de 5000 spectateurs assistent à la course. Il y a une distribution gratuite des journaux « Sports en Provence et La Gazette Sportive » qui soutiennent la manifestation. Une fusée sonore en annonce le début.

La course se déroule sur 2 montées, le concurrent se présente sur la ligne de départ, moteur en marche, et démarre au signe du directeur de course.

Les premiers concurrents à s’élancer sont ceux qui sont inscrits dans plusieurs catégories.

Le vainqueur à moto est Laroze, à la moyenne de 102 km/h.

Celui en auto est Lamy sur sa Bugatti à 123,620 km/h.

Ce pilote est vauclusien (Apt) et a gagné la course de côte du Mt Ventoux l’année précédente.

Entre les deux montées, l’as acrobatique avignonnais Sauvin fait quelques numéros d’équilibre en moto avec et sans side-car, celui-ci étant occupé par sa fille de 11 ans !

Compte tenu du départ arrêté et de la moyenne atteinte, sur 1250m, de 123,620 km/h., ceci suppose que Lamy a franchi la ligne d’arrivée à plus de 160 km/h.

De petits incidents qui auraient pu avoir de plus graves conséquences ont marqués cette manifestation avec des spectateurs indisciplinés qui ne respectaient pas les recommandations des gendarmes assurant la sécurité, sous prétexte qu’ils avaient payé un droit d’entrée. Ils s’agitaient au milieu de la route entre le passage des coureurs.

Henri Trintignant (le frère ainé de Maurice), membre de l’AMCC termine 2ème de sa catégorie.

2ème course: lundi 14 juillet 1930

Pour cette 2° édition les organisateurs ont revu la sécurité du circuit et ont posé des barrières en bois sur toute la longueur pour contenir le public.

Celui-ci vient encore en plus grand nombre puisque plus de 8000 spectateurs sont présents. La première épreuve est réservée aux véhicules anciens d’avant 1914 avec 2 participants en moto et un nombre identique en auto.

Ensuite, ce sont 123 engagés qui vont faire vibrer la foule.

Le vainqueur moto est Desfons à une moyenne de plus de 115 km/h.

Le vainqueur auto est Lumachi à une moyenne de 125 km/h. Ce pilote est Marseillais et remercie par de grands gestes les applaudissements du public.

P.Bernusset président de l'AMCC, organisateur de l'épreuve est appuyé à la voiture du vainqueur (costume sombre et lunettes)

P.Bernusset président de l’AMCC, organisateur de l’épreuve est appuyé à la voiture du vainqueur (costume sombre et lunettes)

Les records auto et moto sont battus.

Les pilotes Carpentrassiens figurent au milieu des classements des différentes catégories. Pierre Rey, qui était parmi les favoris, a été handicapé par un gicleur du carburateur bouché sur sa Bugatti.

Le dimanche suivant (20 juillet) un gymkhana s’est déroulé avenue de la Pyramide où de nombreux concurrents de la course des Saffres étaient présents.

 3ème course: dimanche 19 juillet 1931

Pour cette 3° édition, la course des Saffres est reconnu officiellement par l’Union Motocycliste de France et l’Automobile Club de France.

Pour des raisons de sécurité, la ligne d’arrivée est décalée de 50m, portant la distance à 1300m, et ainsi les coureurs passent la ligne d’arrivée après le virage à droite.

Le public vient nombreux.

Le vainqueur moto est Alex Hommaire, pilote officiel chevronné, qui vient d’ouvrir un magasin de vente de motos à Avignon.

Le vainqueur en side-car est Desfons, bien connu dans le milieu sportif.

Celui en auto, vient de Nice, se nomme Frédéric Toselli, posséde un palmarès impressionnant établi en quelques mois sur les courses de côte s’étant déroulées dans le sud-est.

Son auto: une Bugatti trés bien réglée.

Pierre Rey (Bugatti) ne peux pas faire mieux que 3ème.

1932 – Course annulée

Officiellement, c’est parce que la route est en mauvais état que la course des Saffres n’a pas lieu, mais il semble qu’un différent soit apparu entre les organisateurs et certains coureurs qui deviennent plus exigeants et demandent une prime de départ pour participer à la compétition. Un exemple: un coureur moto réputé demeurant à 20 km de Carpentras demande une prime pour prendre le départ et le remboursements de ses frais de route !!!

Pour maintenir une certaine activité dans l’AMCC, un gymkhana est organisé pendant la fête votive du mois de juillet.

4° course: dimanche 16 juillet 1933

La course se déroule sans problèmes devant plusieurs milliers de spectateurs avec un nombre important d’engagés.

Le vainqueur moto est Boestch qui est pilote officiel Terrot à la moyenne de 117,42 km/h

Georges Bertier, de Monteux, est 3°.

Le vainqueur auto est Trebuh dont le nom est un pseudonyme puisqu’à l’envers ça fait Hubert.

Les deux vainqueurs sont montés dans le même temps:  42″ 2/5è.

Pierre Rey (Bugatti) est monté en 45″.

Départ en fumant la pipe. Photo G.Brun

Départ en fumant la pipe. Photo G.Brun

5ème course: dimanche 15 juillet 1934

Triomphal succès pour cette 5è édition.

Affluence des spectateurs et des concurrents.

Pas de pilote de renommée internationale car les organisateurs n’en n’ont pas les moyens financiers, l’AMCC parvenant difficilement à équilibrer les comptes.

Un beau spectacle est fourni par les participants.

La foule au départ. Photo P.Michel

La foule au départ. Photo P.Michel

Le vainqueur moto est un Niçois:  Onda sur 500 Magnat-Debon qui établi un ultime record en 38″ 4/5è à 126,618 km/h.

Le vainqueur auto est Pierre Rey (enfin) en 41″ 4/5è sur Bugatti malgré le coup de vent violent qu’il a reçu au passage des Capucins. Il serait monté en moins de 40″ sans cet incident.

La remise des prix a été précédé des allocutions du maire et du chef de la sécurité.

Tout le monde s’est félicité et souhaite le même succès à la 6è course prévue en 1935, (qui n’aura pas lieu).